Humanitude

by François Benest

/
  • Streaming + Download

     

1.
04:09
2.
3.
02:41
4.
03:30
5.
02:50
6.
02:39

credits

released July 10, 2017

tags

license

about

François Benest France

contact / help

Contact François Benest

Streaming and
Download help

Track Name: Givré !
Givré !

Elles ont ravi pour la vie
dans un grand charivari
Mon p'tit coeur tout chamadé
D'vant leurs grands yeux étonnés
Leurs sourires tout édentés
Et leur babil de bébé

En plébiscite sur mon front
De papa super-champion
Elles ont mis une couronne de roi
Qui du haut de mon piédestal
Me donne le vertige et j'me noie
Dans l'ego d'un idiot total

Givré ! Givré !
Quand elles sautent sur mes genoux
Givré ! Givré !
Elles disent dans un bisou
Que je suis leur papa pas à poux
Pas papou à poux pas papas

Je garde comme un trésor
Ces regards conquistadors
Pour les jours où, ayant grandi
Super-papa sera fini
Plus d'costaud sur l'piédestal
Y aura plus qu'un gars banal

Givré ! Givré !
Quand elles sautaient sur mes genoux
Givré ! Givré !
Qu'elles disaient dans un bisou
Que je suis leur papa pas à poux
Pas papou à poux pas papas
Track Name: Et pour le pire
Et pour le pire

Une rupture, quelques secondes
Qui t'effacent aux yeux du monde
Ennemi intime
Bourreau et victime
De ton propore corps

Comme un cercueil vivant
Tu redeviens moins qu'un enfant
Plus les commandes
Tout à réapprendre
Essaie encore

Sens ma main qui te frôle
Prends mon épaule
Mon amour, je suis là
Pour toi

Quelques mois, quelques années
Pour retrouver qui tu étais
Voyage intérieur
Angoisses et bonheurs
L'esprit peut tout

Ta main me frôle
Prend mon épaule
Mon amour, je suis là
Pour toi
Track Name: Cafardise
Cafardise (Melodie21)

Hier je me promenais, moi et mon cafard
Lui, marchant sur mes pieds près de la rue Mouffetard
Mon cafard, je vous jure, c'est un vrai pot de colle
Il me suit partout, je n'ai vraiment pas de bol

J'vous dis ça, mais en fait je m'y suis habitué
Le cafard, vous savez, on peut l'domestiquer
N'empêche que parfois l'envie me prendrait bien
De l'envoyer promener bien loin de mon chemin

Enfin, donc, voilà, nous étions en ballade
Mon cafard et moi on faisait du lèche-déprime
Quand alors on croisat le coeur en marmelade
Une fille plus blanche qu'un cachet d'aspirine

Alors je lui dis : "Mamzelle est-ce- que je peux vous aider ?"
Elle aussi en chaperon un cafard sur ses pieds
Sanglotait sur un banc. Le parasite, un molosse,
Lui suçant ses sanglots à cette pauvre gosse

Elle me répondit : "Non, ne vous dérangez pas
Je devrais y arriver. J'ai lesté quelques poids
L'eau me paraît frisquette, mais ça devrait aller
Bonjour par chez vous, moi je m'en vais me noyer"

Nos cafards, respectueux, s'entendaient à merveille
Ils se fendaient la poire de nous voir malheureux
Scotchés à notre blues comme à un bout d'orteil
Pariant qu'à la baille on se jetterait tous les deux

J'ai dit à la demoiselle : "Je vous offre un verre
Il y en a un très sympa station Robespierre
La mort peut bien attendre qu'on boive un petit coup
Je crois que dans mon coeur je suis ivre de vous"

J'ai pris un TGV et elle un Monaco
Pour cette fille j'aurais même pu aller à Tokyo
On a mis en trois mots notre vie en bouteille
Nos cafards, eux, dormaient dans un profond sommeil

Ce jour-là, elle n'a pas pris un bain de minuit
Pour aller se noyer au milieu des poissons
On a pris le métro de Barbès à Clichy
Et on s'est inventé un monde sans morpions

On s'est quittés, le coeur coincé entre deux rames
Se promettant de se rejoindre au prochain psychodrame
Un bouquet à la main sur les berges de Paris
Nos cafards, eux, pleuraient, mais nous on a bien ri

Pourquoi je vous raconte cette petite histoire ?
J'en sais rien. Très franchement, vous a-t-elle amusé ?
Tiens ! Vous avez le bonjour de mon ami le cafard
Là, il est en repos : il prend des RTT
Track Name: La mer
La mer

C'est une veuve grisonnante
C'est une femme, c'est une amante
La mer
C'est une mère nourricière
Une enjôleuse, une sorcière
La mer
Elle a des colères terrifiantes
Et des carresses languissantes
La mer

Femme de marin, femme de chagrin
Tu pries qu'ele te rende les tiens
La mer
La robe noire, tu l'as souvent
Pour deuil d'un parent, d'un enfant
Du père
Tu remercies et maudis souvent
Tant elle te donne, plus elle te prend
La mer

Marin pêcheur, toi qui au large
Vogues vers de lointains rivages
Amer
T'en fais pas, t'es pas paysan
Tu restes pas là, lourd et pesant
A terre
Tu noies ton rût dans du tafia
Ta vraie femme, elle est près de toi
La mer
Track Name: Vivre
Vivre

Je vois les autres faire des trucs que j'ai toujours voulu faire
Je vois les autres et je m'dis : "Pourquoi pas moi ?"
On m'oppose toujours mon handicap comme une barrière
Mais on est tous handicapés, c'est c'que je crois

Vivre n'est pas vivre
Si c'est sans oser
Si c'est sans se battre, sans espérer

T'es trop gros, grand, maigre ou petit, qu'est-ce que ça peut faire ?
C'est la vraie richesse de la vie : on s'ressemble pas
Mon handicap, tu dois le voir de la même manière
ça fait pas d'moi un phénomène. Je suis comme toi

Vivre, je veux vivre
Sentir et bouger
Je connais les limites à dépasser

Vivre, je veux vivre
La vie, j'veux la croquer
Aller aussi loin que je pourrai
Track Name: La vue nette
La vue nette
(Serge Galland)

Un jour revenant de faire mes emplettes
Je suis rentré dans une silhouette
Faut dire, j'ai les yeux au ras des pâquerettes
Ne voyant pas mieux que le bout de mes chaussettes

Je demande : "Pardon madame, je regrette"
Le monsieur me répond, pour votre bien-être
Venez dans ma boutique acheter des lunettes
Magasin d'optique au coin de la placette

Vous verrez, c'est chouette
De changer de tête
Vous verrez, c'est chouette
D'avoir la vue nette

J'avoue, j'ai du mal à me reconnaître
Est-ce bien normal d'avoir cette tête
Menton en galoche et nez en trompette
Ce que j'ai l'air moche. Ce que j'ai l'air bête

Je me croyais mignon avec mes frisettes
Me voilà cro-magnon sans sa peau de bête
Il a l'air d'un con, il me faut l'admettre
Ce bonhomme dont je ne suis plus le maître

J'étais mieux avant
De changer de tête
J'étais mieux avant
D'avoir la vue nette

Je sors sur la place d'une autre planète
Surpeuplée de garces et de gens pas nets
Je vois des chauffards, plein de pickpockets
Et de toute part les dangers me guettent

Avant, je voyais un monde en goguette
Les gens étaient gais, me faisaient risette
Leurs yeux méprisants serpents à sonnette
Le disent à présent : "C'étaient des sornettes"

C'était mieux avant
De changer de tête
C'était mieux avant
D'avoir la vue nette

Etant moins trouillard, étant moins lavette
Perdu dans le brouillard que dans la tempête
Ni une ni deux, je bats en retraite
De ce monde hideux aux yeux du poëte

Et j'ai balancé de par la lunette
Des WC mes pauvres lorgnettes
Elles se font la paire au fond de la cuvette
Me voilà, j'espère pépère à perpète

Ah! C'est vraiment chouette
De retrouver sa tête
Ah! C'est vraiment chouette
De ne plus voir net